Projet pédagogique

Si la MAM est avant tout un lieu d’accueil pour les enfants, c’est aussi un lieu de rencontre et d’échange pour les adultes : l’enfant restant fondamentalement au cœur des préoccupations de tous.

Nous souhaitons proposer un lieu bienveillant, sécurisant, chaleureux et épanouissant qui aidera l’enfant à se construire.

Ce projet fixe les orientations de la MAM. C’est un outil indispensable, il doit être pensé comme les fondations de la maison qui continuera à évoluer au gré des formations, rencontres et de l’histoire de la MAM.

 Point de vue sur l’Enfant

L’enfant a bIMG_20160422_095352esoin de faire ses propres expériences. Il veut découvrir, apprendre, sentir, goûter, percevoir… Il est donc important que les adultes chargés de sa co-éducation fassent au mieux pour permettre à l’enfant d’acquérir son autonomie. Plus nous le soutiendrons dans ses initiatives et l’aiderons dans ses objectifs, plus il évoluera dans ses aptitudes. Tout en accompagnant l’enfant, l’adulte lui laisse la possibilité de décider par lui-même de son propre corps, de ses mouvements, de ses actions, des objets qui l’entourent. L’enfant est acteur de son développement et prend des responsabilités à son niveau. D’où la nécessité essentielle de lui faire confiance.

Pour contribuer à cet atmosphère, l’espace a été conçu de manière à ce que les enfants puissent accéder à un grand nombre d’activités de manière autonome. Une ambiance adaptée, c’est également laisser l’enfant s’exprimer et libérer ses émotions : peur, joie, chagrin, colère…et le rôle de l’adulte est d’être disponible pour « entendre », « comprendre le ressenti » de l’enfant et « expliquer » si besoin.

Posture professionnelle

Observer, écouter, parler

Observer l’enfant, c’est porter sur lui un regard bienveillant, être attentif à ses attitudes, à ses modes d’expression et ses interactions avec les autres ; ceci sans le stigmatiser.

Le fruit de ces observations permet :

– une meilleure connaissance de l’enfant ;

– de suivre son évolution (acquisitions, stades de développement, place dans le groupe…);

– de décoder des demandes ;

– de prévenir si des dysfonctionnements ou des difficultés sont décelés.

C’est à partir de ces observations que peuvent être adaptées et affinées nos attitudes éducatives afin de répondre au mieux aux besoins de l’enfant. De plus, un regard porté par l’adulte est sécurisant pour l’enfant et lui permet de multiplier ses expériences.

“La qualité fondamentale pour le parent ou l’éducateur est de savoir observer.” M. Montessori

Écouter l’enfant, c’est se montrer disponible afin de répondre à ses besoins. L’enfant a besoin d’être entendu. Lors de ses apprentissages, l’enfant dans son évolution peut être confronté à certaines difficultés. Il est nécessaire qu’il se sente entendu par l’adulte afin de pouvoir les dépasser.

L’enfant éprouve aussi du plaisir, de la joie à partager ses exploits, ses découvertes. Là encore, la présence de l’adulte vient mettre en lumière la coopération en place entre l’enfant et l’adulte.  Les enfants accueillis ne possédant pas encore tous pleinement le langage verbal, ils communiquent, s’expriment beaucoup par le non verbal (mimiques, positions, grimaces…). Le rôle de l’adulte est alors de décrypter ses comportements pour veiller à accompagner au mieux l’enfant. Chaque pleur est un besoin non comblé à assouvir…

Parler à l’enfant, c’est le considérer comme un être pensant.

exprimer ses émotionsLe langage verbal contribue à établir un lien entre l’enfant et sa place dans la société. Moment charnière de son évolution pour entrer dans la coopération et dans sa relation à l’autre. Dès son plus jeune âge, l’enfant est immergé dans ce bain de langage, d’où l’intérêt d’employer le mot juste et de le prévenir de nos faits et gestes. Parler à un enfant l’apaise et le sécurise, c’est le respecter en tant que personne. Il est également préférable de procurer à l’enfant des situations d’apprentissage authentiques plutôt que de se limiter à des jeux ou endroits spécialement conçus pour bébés. Jouer avec des vraies casseroles dans la cuisine avec maman par exemple est plus stimulant pour le langage que de manipuler des imitations d’ustensiles de cuisine dans un parc à bébé. Quand on parle avec l’enfant, il est préférable de répondre au message qu’il a voulu transmettre plutôt que de relever les “erreurs” contenues dans l’énoncé, tout en proposant en retour un modèle de langage correct. Il est aussi intéressant d’intégrer dans son quotidien d’autres sons non présents dans sa langue maternelle (musiques, langues étrangères…)

En mettant des mots sur les émotions ressenties et exprimées par l’enfant, l’adulte l’aide à être en contact avec lui-même et à entrer dans le monde de la communication, à accueillir cette connaissance de manière naturelle. Il perçoit que c’est un moyen de communication. Nous nous appuyons ici sur le texte “Parler pour que les enfants écoutent, écouter pour que les enfants parlent” de Faber & Mazlish

Au quotidien, nous adoptons une posture de coopération avec l’enfant de manière à l’accompagner dans son épanouissement.

Pédagogie bienveillante

Cela peut paraître évident et pourtant… Le respect de l’enfant passe par le respect de son rythme biologique. Chaque enfant est différent et chaque enfant à des besoins différents, même à âge égal. La bienveillance passe par le respect de ses besoins de sommeil, d’autonomie, d’affectif et le respect de son rythme à découvrir le monde. Un enfant qui pleure est un enfant en recherche d’un besoin à assouvir qu’il faut décrypter afin d’y répondre au mieux. Pour nous, l’enfant est un être humain qui possède déjà sa propre personnalité qu’il faut accompagner. La bienveillance passe aussi par une relation de confiance réciproque. En effet, c’est dans l’interaction que se construit l’estime de soi et que l’enfant prend progressivement conscience de l’autre.

Dans un univers calme et serein s’instaure une ambiance propice aux apprentissages et à l’épanouissement individuel. L’objectif est que l’enfant devienne un adulte conscient, responsable, heureux et libre. C’est dans cette optique que nous mettons en place la philosophie de Maria Montessori. Un des principes de cette pédagogie est “Aide-moi à faire seul”. Elle part du présupposé que l’enfant a en lui une curiosité innée qui le pousse à apprendre. Il faut donc laisser émerger en l’enfant ses propres périodes sensibles et l’accompagner dans ses découvertes en lui proposant au moment propice le matériel et l’attention adaptés qui répondent à sa soif.  Croire au potentiel de chaque enfant est la force de cette pensée.

Aujourd’hui, les neurosciences et les sciences du développement humain en général, nous donnent les grandes lois fondamentales naturelles qui régissent le développement harmonieux de tout être humain.“Elles prouvent qu’une relation empathique, aimante, est décisive pour permettre au cerveau de l’enfant d’évoluer de manière optimale, pour déployer pleinement ses capacités intellectuelles et affectives.” Catherine Gueguen dans son ouvrage “Pour une enfance heureuse”, éditions Robert Laffont, 2014.  Ces connaissances nous permettent d’avoir un regard neuf sur l’enfant et ses apprentissages en adéquation avec sa nature.  

C’est dans ce contexte que nous avons choisi de proposer aux familles un mode d’accueil à mi-chemin entre un modèle individuel et collectif, et par conséquent un milieu qui permet un respect du rythme de chaque enfant ; et nous permet d’offrir l’attention individuelle nécessaire pendant cette période de la petite enfance. L’enfant pourra construire une relation privilégié avec son assistante maternelle tout en profitant de la présence bienveillante des autres assistantes maternelles.

« Confiance et liberté vont de pair. Quand la confiance est là, le parent donne de la liberté, de l’espace, de l’autonomie à son enfant, en fonction de son âge et de ses capacités. Il peut prendre son envol. Au contraire, un enfant surveillé, contrôlé en permanence perd confiance en ses parents et en lui-même. [ … ] Le manque de confiance le prive d’un espace pour être librement lui-même, il étouffe et ne peut se sentir responsable. » Dr Catherine Gueguen dans “Pour une enfance heureuse”

Motricité libre

Il s’agit tout simplement de faire confiance à l’enfant en le laissant faire seul les
découvertes de son corps, de ses mouvements, de ses capacités à se déplacer ;
et de ne pas mettre l’enfant dans une posture qu’il n’est pas capable d’atteindre seul. C’est une approche plus respectueuse de son développement psychomoteur. Il a un besoin inné de découverte, d’apprentissage, sans lequel il ne se déplacerait pas, d’abord à 4 pattes puis à la marche, ne parlerait pas, etc. … L’enfant est un jeune chercheur, qui apprend au moyen de ce qui l’entoure ; “Faire tout seul” et imiter l’adulte est sa grande passion, et si cela l’intéresse tant Motricité Marceauc’est qu’il en a besoin pour se construire. La posture de l’adulte se place donc dans l’observation afin d’offrir une réponse pédagogique pertinente à l’enfant dans un espace adapté. Nous proposons une maison dédiée à l’enfant où il pourra agir par lui même, faire ses expériences dans la vraie vie, dans un environnement secure. C’est dans cette objectif et pour répondre aux idées de Maria Montessori ou d’Emmi Pickler, que notre maison ne comprend ni parc, ni transat ou trotteur mais un environnement naturel, simple, ouvert et libre.

“La fonction du milieu n’est pas de former l’enfant, mais de lui permettre de se révéler.”  M. Montessori

Environnement naturel

IMG_20160422_101836Il est important pour nous que l’enfant évolue dans un environnement qui prône la simplicité, en contact avec la nature et dans le respect de celle-ci. Notre maison dispose d’un grand jardin où nous sortons le plus souvent possible. Les enfants sont en contact avec les animaux, poules, lapins, chien… et nous proposons aux plus grands des ateliers libres de jardinage, cuisine, soins des plantes, des animaux et de l’environnement… Nous souhaitons également organiser des sorties à la ferme, en forêt… Ceci se retrouve également dans le choix d’une alimentation saine. Nous proposons donc des repas principalement biologiques et issus de l’agriculture locale. L’enfant aura la possibilité chaque jour s’il le désire, de participer à l’élaboration des repas et à la vie courante de la maison. Le potager permettra aux enfants de voir l’évolution de la graine au fruit et de savourer ce qu’ils ont vu et fait grandir. Cette proximité avec la nature implique la protection de l’environnement en évitant les gaspillages, en compostant, en utilisant des produits naturels pour le ménage et la vie quotidienne. Par notre pratique nous montrerons à l’enfant que la planète est belle et qu’il faut en prendre soin. L’environnement naturel c’est aussi une volonté de laisser l’enfant maître de ses apprentissages, de ce qui l’entour et de laisser libre cours à son imaginaire, planté dans le réel. C’est avec sa personnalité, ses envies, ses choix et à son rythme que l’enfant devient maître de son épanouissement personnel, et c’est dans un contexte naturel qu’il peut vivre pleinement en conscience et s’enrichir.

Le mouvement colibris

brouetteA travers l’éducation que nous offrons ce sont aussi toutes nos valeurs qui se transmettent. Afin de présenter qui nous sommes et donc de travailler en coopération, en partage de valeurs avec les parents, il nous semble important de faire un point sur ce qui nous habite. “L’éducation est le ferment de notre rapport à nous-mêmes, aux autres et à la nature. Le modèle éducatif actuel, fondé sur l’éducation à l’obéissance, la violence éducative ordinaire, la différence de valeur accordée à un enfant par rapport à un adulte, à une femme par rapport à un homme, et sur un système d’instruction destiné à conformer chaque enfant à un système de performance, de compétition et de domination, est (selon nous) l’une des sources majeures du désordre de nos sociétés. L’enfance est le moment où se forment les perceptions du monde, où se construit la relation aux autres, à la société, la confiance et l’estime de soi, la capacité d’empathie

L’éducation a pour vocation d’accompagner les enfants à devenir des êtres libres, épanouis et responsables, à trouver leur juste place dans la société, fidèle à leurs aspirations et à leurs talents ; à respecter la terre qui leur donne la vie, à connaître la nature dont ils sont issus, à coopérer avec leurs semblables. Elle n’est pas l’apanage de l’école, ni des systèmes éducatifs, mais la responsabilité de l’ensemble de la société.” L’Ethique du colibri. Le Mouvement colibris répond à une éthique de vie prônant la sobriété heureuse et la quête du bonheur. http://www.colibris-lemouvement.org/

“L’enfant est le constructeur de l’homme et il n’existe pas un homme qui n’ait été formé par l’enfant qu’il a été.” M. Montessori

Activités artistiques et manuelles

La connaissance de son corps est prépondérante pendant la période de la petite enfance. Il est scientifiquement prouvé que l’enfant apprend par le corps avant d’intellectualiser, c’est la mémoire kinesthésique ou motrice. Nous proposons donc des activités qui le permettent (ateliers cuisine, ateliers artistiques, yoga pour enfant, musées, activités physiques…). Il est important pour nous d’offrir une variété d’activités permettant à chaque enfant de trouver du plaisir. Nous aurons des espaces dédiés à l’expression libre avec une salle de peinture libre ou encore pour la musique et l’accès à d’autres activités artistiques et manuelles. Pour les plus patelier peinture libreetits, le sensorielle sera développé par un matériel adapté à leur âge. Nous avons également l’intention d’inviter des intervenants extérieurs, de nous rendre à la bibliothèque et de participer aux activités du RAM. Les activité manuelles favorisent la libre découverte, par les enfants. En se passionnant et se concentrant sur une tache, les enfants travaillent davantage et gardent un souvenir durable de leurs découvertes. Nous proposons donc des ateliers thématiques mais aussi des temps de jeu libre permettant à l’enfant de laisser la place à son imaginaire.

“Le véritable travail mental n’épuise pas, il nourrit l’esprit.” M. Montessori

Sensibilisation à l’Anglais

Comme déjà vu précédemment, la période de 0 à 3 ans est primordiale pour l’acquisition du langage. Soulignons l’importance de varier les situations d’interaction avec l’enfant afin de le familiariser avec les différentes fonctions sociales du langage. Rappelons que ce qui conditionne l’acquisition de la parole est le désir de communication avec les autres humains. Le toucher et le regard sont d’autres moyens tout aussi importants, comme nous pouvons le voir dans d’autres cultures. Dans notre société, nous assistons parfois à un excès de stimulation de l’enfant dû à une course à la performance. Notre objectif est clair, nous ne souhaitons pas “faire” des petits bilingues mais au même titre que l’enfant s’ouvre aux différents registres de langue dans un cadre riche et inter-générationnel par exemple, une autre langue permet à l’enfant de garder l’oreille sensible à certains sons non présents dans sa langue maternelle; ainsi il prend conscience des différences culturelles à un âge où le regard, le geste, le toucher, le ton de la voix sont des codes de communication encore prédominant par rapport au langage. Il est d’ailleurs amusant d’observer qu’un tout petit répond facilement à une demande dans une langue ou une autre, son attention étant davantage portée sur l’intonation. Nous proposerons donc des temps de sensibilisation en situation lors des repas par exemple, ou lors de chants, danses ou jeux. Dans ce contexte, il va de soi qu’un enfant peut tout à fait ne pas montrer d’intérêt pour une langue étrangère, ce qui lui appartient et doit être entendu et respecté.

Temps de socialisation

La socialisation des tous petits passe par une compréhension de leur première nature à l’individualisme. En répondant à son individualité et en partageant avec lui des temps communs nous l’accompagnerons à la socialisation. Les repas, lectures, activités Montessori, moments de rassemblement, chants et toutes activités de groupe participent à son apprentissage du “vivre en société”. Il est important pour nous de proposer des temps d’échanges tout en laissant l’enfant libre d’y participer ou non. Il absorbe toujours pour lui-même en observant et imitant les autres mais petit à petit son intérêt pour autrui va grandir et le pousser à la rencontre. La mixité des âges dans un groupe pousse les plus grands à prendre soin des plus petits et les plus petits sont attirés par les plus grands, ce qui leur permet de se projeter dans la visualisation de leurs futurs apprentissages. A noter l’intérêt également des échanges trans-générationels. intergénérationnelC’est en invitant des intervenants extérieurs que nous faciliterons l’ouverture à d’autres générations par le biais du jardin par exemple et par la participation aux rencontres du RAM. Chaque jour nous proposerons différents moments collectifs,  que ce soit à deux ou par petits groupes, sur de courts temps. Le rassemblement du matin permet de prendre la températures des humeurs de chacun, d’aborder des points routiniers (le bonjour, le temps, le jour, une fête…) et d’expliquer aux enfants le déroulement de la journée. Le temps régulier de la semaine aide les enfants à se repérer dans le temps et rythme la journée.

Collaboration parent-équipe

Une bonne collaboration entre les parents et l’équipe est nécessaire pour une bonne cohérence éducative. Cette cohérence se construit progressivement avec le temps, l’observation et les échanges.

Nous sommes deux entités qui accompagnent l’enfant en échangeant et en complétant mutuellement nos compétences. Cette collaboration commence sur un terrain d’échanges et de relations. La richesse et l’harmonie de ces relations font de la MAM un lieu de vie agréable pour les enfants et pour les adultes. L’assistante maternelle devient un acteur de l’éducation de l’enfant et prend part à sa co-éducation.

Il y aura aussi des rencontres parents-équipe hors temps d’accueil pour organiser des fêtes et des sorties permettant de vivre des moments de convivialités qui facilitent les échanges. Nous veillerons à prendre en considération les suggestions des parents et dans la mesure du possible respecterons leurs choix éducatifs.

L’objectif commun et de favoriser un temps d’absence du parent épanouissant, sécurisant, agréable pour l’enfant et d’offrir aux parents un environnement qui le mette en confiance. Lors de l’accueil de l’enfant, nous mettons en place plusieurs rencontres afin de favoriser une bonne compréhension de notre projet et de connaître les besoins de la famille et plus particulièrement de l’enfant. Une période d’adaptation est prévue afin de faire le lien entre les différents environnements de l’enfant et de faciliter son intégration. (Elle est détaillé dans le document “Guide de la MAM”) L’objectif étant d’apprendre du parent les habitudes de l’enfant et de faire connaissance.

Temps de transmission aux parents

L’accueil et le départ d’un enfant est un moment important de la journée, mais qu’il faut savoir contrôler et mesurer afin que l’enfant comprenne ce qui se passe et ne soit pas bousculé ou mis de côté.  Ce temps d’échange permet de prendre les informations de la vie familiale, du contexte personnelle de l’enfant ; de savoir comment se sont passés la soirée et la nuit, le week-end, les vacances… C’est à ce moment que nous faisons le point sur la santé de l’enfant et que nous transmettons les informations du déroulement de la journée – repas, change, sommeil, événements particuliers, nouvelles observations. Nous sommes également disponibles pour rencontrer le parents sur rendez-vous et en privé hors temps d’accueil afin d’aborder un sujet particulier.

Maria Montessori

maria-montessori-223x300Maria Montessori est une pédagogue. Elle fut la première femme médecin italienne, (1870 -1952), elle a élaboré une pédagogie qui repose sur des bases scientifiques, philosophiques et éducatives adaptée aux périodes sensibles de l’enfant.

« L’enfant d’aujourd’hui sera l’adulte de demain » disait Maria Montessori. Et quel adulte voulons-nous qu’il soit ? Sa pédagogie met tout en œuvre pour construire des adultes conscients, autonomes et responsables. Ce travail de construction commence dès la naissance.

La pédagogie Montessori adaptée aux tous petits est une philosophie de vie avec l’enfant, un autre regard sur l’enfant, une attitude de respect, d’écoute, d’observation et de douceur, un subtil mélange entre réserve et guidance. Maria Montessori crée le Nido et la Maison des enfants pour accueillir les enfants dans une ambiance répondant à leurs besoins d’activité, de développement et proposant un matériel adapté.

Cette pédagogie se résume souvent par la phrase : “Aide moi à faire seul”. En effet l’enfant a besoin de l’adulte pour sa construction, mais cette aide doit être juste. Il faut faire confiance à l’enfant, répondre à sa volonté de se rendre utile, suivre sa boulimie de découvertes et de travail sans lui ôter ce formidable plaisir de la découverte. Il y a une force qui pousse l’enfant à vouloir reproduire nos gestes, donnons lui alors les moyens de le faire de manière simple et adaptée.

Environnement Montessori

De part nos expériences et nos formations, nous nous sommes rapprochées et formées à Montessori. La philosophie Montessori est plus qu’une pédagogie c’est un point de vue sur l’enfant et la vie, une valeur éducationnelle.  La pédagogie Montessori apporte une réflexion sur notre vision de l’enfant dans la société, dans la famille et dans le monde. Pour nous, adultes-educateurs, il s’agit d’une invitation à évoluer et changer notre rapport à l’enfant. Il faut passer d’un schéma traditionnel punitions/récompenses, domination…à une coopération et une confiance en l’enfant. Il faut ainsi, suivre les besoins de l’enfant pour l’aider à libérer son potentiel. Il s’agit de préparer un environnement riche, varié, ordonné, qui offre à l’enfant la possibilité d’explorer et d’agir de façon autonome, et de se mettre facilement en lien avec l’autre. Maria Montessori passa quarante années de sa vie à développer un tel environnement pour les enfants, dans ce qu’elle appelait des “Maisons des Enfants”. Sa proposition pratique visionnaire constitue selon nous une base et un héritage pédagogique incontournables, pour qui souhaite proposer un environnement adapté aux lois naturelles d’apprentissage. La pédagogie Montessori propose d’apprendre par l’expérience et les sens. Elle place donc les apprentissages au centre de l’environnement de l’enfant pour lui donner du sens. C’est une méthode qui propose d’aborder les concepts de façon sensorielles (en stimulant la mémoire musculaire prépondérante) avant de l’appréhender de façon abstraite. Selon Maria Montessori, le mouvement est directement relié à la construction de la pensée. Dans cet environnement, les enfants avancent à leur rythme et selon leurs intérêts, ce qui conduit à un épanouissement spontané de leur personnalité.

Maria Montessori propose des environnements adapté aux périodes sensibles des enfants. Une période sensible est le moment où l’enfant est attiré de façon naturelle vers un apprentissage, c’est à dire que l’enfant sera bien plus réceptif à une proposition si celle-ci correspond à son intérêt du moment.

Un environnement adapté

La période de 0 à 3 ans est “Aide moi à agir par moi même”

Age de la conscience du moi –

Objectifs du Nido

Permettre à l’enfant de devenir autonome

Enrichir ses perspectives sensorielles

Affiner le travail de la main

Explorer le langage

Se prépare à la lecture, l’écriture, les mathématiques

Éveiller à la culture

La période de 3 à 6 ans “ aide moi à découvrir le monde”

– Age moral-

Objectif de la Communauté enfantine

aider l’enfant à entrer dans la responsabilité

Permettre une vie autonome et une expression personnelle

Développer le sens moral

Acquérir les instruments de la connaissance

Découvrir l’univers

Grâce à un matériel pédagogique concret et attrayant, développé par Maria Montessori, l’enfant pourra s’initier à la vie pratique, à la vie sensorielle, au langage, aux mathématiques, à la zoologie, à la botanique et à la géographie.  Il se déplacera d’activités en activités, en confiance, librement, à son rythme, en même temps qu’il sera accompagné par l’adulte dans l’apprentissage de ses relations à l’autre.  De plus, le matériel est dit « auto-correcteur » ; lorsque l’enfant l’utilise improprement, il est à même de le sentir, et de corriger son geste. L’éducatrice intervient pour guider l’enfant et pour le rassurer à mesure qu’il progresse dans ses choix.

« J’entends et j’oublie, je vois et je me souviens, je fais et je comprends »  (Confucius)

Nos ressources et inspirations autres que M. Montessori sont :

Jiddu Krishnamurti , André Stern, Alexander Neil (Summerhill), Boris Cyrulnik, Catherine Gueguen

La pensée de Pierre Rabhi et le mouvement Colibris

Les pédagogies coopératives, bienveillantes, les intelligences multiples.

Les travaux d’Emmi Pikler, Alice Miller, Isabelle Filiozat, Faber & Mazlish

Conclusion

Ce projet pédagogique est le garant d’une cohésion au sein de l’équipe, nous garantissons également conscience et motivation professionnelle. Le respect du rythme de l’enfant, son épanouissement personnel est au cœur de notre projet. Responsabiliser l’enfant à son niveau, lui faire confiance, le considérer comme une personne, le laisser gérer au maximum son temps, son espace et ses relations, tels sont les principes majeurs de notre MAM. Parents et assistantes maternelles se complètent, et sont soucieux d’offrir aux enfants un milieu épanouissant, chaleureux et sécurisant.

Dans ce projet nous avons tenté de tracer les grands axes de fonctionnement du lieu, dans un autre écrit  « Le guide de la MAM », nous expliquons davantage la vie au quotidien : période d’adaptation, accueil, départ, repas, sieste, activités…et la mise en oeuvre de ce projet. L’objectif de ces écrits étant de donner un fil conducteur aux pratiques éducatives mais aussi et surtout d’aider les nouveaux arrivant à situer le cadre de notre structure.

Ce projet sera amené à évoluer, au regard de notre expérience personnelle et professionnelle, notre formation et notre travail au quotidien au sein de la MAM.

Publicités